LA LAME DE FOND ! par Steeve Doucet (part.1)

Parler d’une nouveauté en matière de pêche aux leurres ne veut presque jamais dire qu’un nouveau leurre est apparu. Une “vraie” innovation en matière de leurres est plutôt rare. Qu’on le sache ou non, qu’on le veuille ou non, la plupart des nouveautés sont des hybridations, voire de simples évolutions de familles ou de modèles déjà existants, et parfois on se contente même de ressortir du grenier de vieilles recettes. Non, l’innovation ne se situe pas à cet endroit-là… Le pêcheur véritablement inventif est celui qui imagine des applications nouvelles, qui trouve un autre usage à ce qui semblait programmé pour accomplir une série de tâches déjà bien définies et identifiées.

DSCF4390Ainsi, détourner des leurres pensés et développés pour le silure de leur destination d’usage pour les plonger carrément dans l’eau salée ne va pas de soi. C’est pourtant ce qu’avec une poignée de copains nous avons commencé à faire… avec des résultats prodigieux.

En effet, contrairement aux vibrations (lames, bladebaits, metal lipless crankbaits… autant d’appellation pour un même leurre) ordinaires, plutôt destinés à la pêche du black-bass en eau douce, ces lames pour le silure sont très lourdes… suffisamment en fait pour explorer nos épaves !

Car ceux qui utilisent déjà ce type de leurres, sur des chasses par exemple ou en eau douce, connaissent leur pouvoir vibratoire et l’attrait qu’ils exercent sur les poissons. C’est ce potentiel qu’il nous faut exploiter en grande profondeur ! Pourquoi ? Parce qu’habituellement, les zones que nous prospectons aux leurres le sont par la majorité des pêcheurs avec des jigs ou des shads. Pour les poissons présents, l’effet de surprise d’un vibration manié avec habilité est total !

Comme je le disais plus haut, le grammage de ces lames pour le silure est important : de 60 à 150g pour les plus gros modèles. Les couleurs sont souvent marquées et contrastées, par exemple un ventre clair et un dos sombre ou au contraire flashy. Elles sont donc bien visibles pour le poisson.DSCF4901

Sur le dos des lames se trouvent des perforations permettant de finement régler l’animation souhaitée. Avec l’habitude, on finit par se découvrir une âme de virtuose, et c’est un vrai plaisir en mer que de jouer ainsi sur le réglage du leurre comme on règle une machine de précision. Et puis, les résultats peuvent énormément varier ! Seule l’expérimentation individuelle saura vous apprendre les subtilités de ces trois petites perforations, mais sachez quand même que plus vous placez l’agrafe vers l’arrière du leurre, plus ça vibre fort…